samedi 29 octobre 2016

Sesshin de Rohatsu : Rappel


Île d’Amorgos dans les Cyclades, le 4 octobre 2016 

Ce matin je suis parti à six heures de la Taverne pour assister au lever du soleil. Mais pas juste assister au lever du soleil, le faire en zazen. D’abord descendre un petit chemin escarpé et arriver dans une petite crique sur la petite plage d’Agia Anna formée de cailloux et pierres rondes. Je me dis que là où je suis le soleil devrait s’y lever. Je rassemble un tas de cailloux, y étend une serviette de bain, m’assieds, apprécie le confort, me dis que les fakirs méditent sur une planche à clous, je sens les cailloux malgré leurs rondeurs me rentrer dans les fesses et les chevilles. Qu’à cela ne tiennent je ne suis pas là pour y faire rohatsu et que vaut mon zazen si je ne suis pas capable d’endurer un peu d’inconfort le temps d’un lever de soleil ? Je m’enfonce dans mon zazen et très vite je ne sens plus les pierres sous moi. Au bout d’un moment, à travers mes paupières mi-closes et le clapotis des vagues, je perçois un peu de lueur, j’ai l’impression que l’aube est proche.
Après un temps que j’évalue à une demi-heure j’ouvre les yeux et voilà devant moi une boule ronde en train de sortir de l’horizon et la brume derrière laquelle elle se trouve permet de la regarder émerger. Je suis ému par tant de beauté. Après avoir joui de ce spectacle et remercié l’univers d’un profond gassho, je me suis déshabillé et ai nagé un long moment avant de me sécher et de rentrer à la taverne prendre le petit déjeuner.

Un matin tôt à Amorgos
Assis sur les cailloux de la plage 
Sur la mer le soleil s’y lève 
Fesses endolories 

Rohatsu : Pendant 7 jours le Zendo se transforme en une île où nous sommes réunis pour pratiquer. Pas de plage de galets, pas de murmures de la mer, pas de soleil émergeant de la brume. Il ne reste plus que forer en soi-même, zazen après zazen, faire monter la lumière intérieure du fond de son être et sur la crête du présent s’ouvrir à l’extraordinaire comme au commun. Au fond de chaque expiration le poumon vide aspire à être rempli aux fins d’accéder à sa Véritable nature.
Taïkan Jyoji 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

© Taïkan Jyoji 2011