lundi 23 novembre 2020

Le Vénéré du monde présente une fleur

 

Koan n°6 du recueil « La Barrière sans porte » (Mumonkan)

 

« Jadis, le Vénéré du monde[1] avait réuni environ 500 fidèles et disciples au Pic du Vautour au nord de l’Inde où il se proposait de donner un enseignement. Au début de son discours il montre une fleur à la congrégation de disciples. Tout le monde observe le silence. Toutefois seul le Vénérable  Mahākāshyapa[2] sourit largement. »

En fait ce que le Bouddha a voulu démontrer, à travers son geste de présenter une fleur, c’est qu’il existe une vérité qui n’est exprimée ni par les paroles, ni par les écrits, en d’autres termes qui passe par une transmission non verbale. Et Mahākāśyapa est le seul de cette assemblée à comprendre le message du Bouddha. Cette prédication s’est terminée sans que le Bouddha ne prononce un seul mot. Il se contente de brandir une fleur, de l’exposer à l’assemblée des disciples. Ceux-ci restent surpris par cette action et ce qu’il a voulu dire en exposant une fleur.

Cette histoire n’est pas prouvée historiquement et peut-être bien qu’elle ne se soit jamais  passée dans la réalité. Elle s’est transmise de Maître à élève, de génération en génération, elle continue d’être connue et si l’on peut dire « méditée » encore aujourd’hui. Peut-on entrevoir avec ce koan ce que sont la vérité et l’esprit du Zen ?

Il existe « une vérité » en dehors des mots et ne dépend pas des écritures, elle est transmise en dehors de la doctrine.  Elle est transmise à Mahākāśyapa.

Le Bouddha exhibe une fleur dans ses doigts et Mahākāśyapa sourit. On admet que c'est là le symbole de la compréhension de Mahākāśyapa et le signe de la première transmission.

Un seul de ses disciples a souri. En voyant le sourire qui illuminait le visage de Mahākāshyapa il s’est tourné vers lui et lui dit : « C’est à toi que je transmets mon enseignement. »

 Lorsque Picasso peignit l’image ci-dessous, se doutait-il qu’il représentait le geste symbolique du Bouddha exposant la fleur ?

 


 



[1] Le Bouddha historique né autour de 563 avant notre ère. Toutes les sources s'accordent pour attribuer au bouddha historique une durée de vie de quatre-vingts ans, mais les estimations varient concernant les dates.

[2] Il est l’un des dix plus importants disciples du Bouddha Sakyamuni, reconnu comme le plus avancé dans les pratiques ascétiques et sa connaissance des règles dans les détails. Il devient gardien de l’ordre de la Communauté en l’absence du bouddha Gautama et après sa mort intervenue en l’an 549 de notre précédente ère.

 

vendredi 21 février 2020

Bodhidharma


On parle du vide de l’esprit. Il s’agit du vide de pensée. L’esprit, lui, est inqualifiable. Gare à celui qui comprend l’esprit, ou qui dit le comprendre. Celui qui comprend l’esprit ne le comprend pas et celui qui ne le comprend pas et qui dit ne pas le comprendre s’en approche. Qu’est-ce que l’esprit, d’où vient-il, où va-t-il, voila les questions qu’on se pose. Que certains se posent. De le chercher, on s’égare. Lorsque celui qui deviendra le 2° Patriarche du Zen, Dazu Huike (prononciation japonaise, 487 - 593) attendait toute la nuit dans la neige au point qu’au matin il s’y enfonçait jusqu’à la taille, un mot, une explication, un encouragement, un enseignement de Bodhidharma, devant l’entrée de la grotte où vivait et méditait le Maître, Bodhidharma ne daigna pas s’exprimer. Celui qui deviendra le deuxième Patriarche s’est alors coupé le bras gauche comme on le voit dans les peintures à l’encre de Chine ci-dessous en gage de sincérité et l’a présenté à Bodhidharma. Sa réponse fulgurante, sans appel, fût celle-là : « Tu m’as apporté ton corps maintenant apportes-moi ton esprit ». Le 2° Patriarche ne sût que dire, que répondre. Il finit par avouer : « Bien que je l’aie cherché, je ne l’ai pas trouvé ». Bodhidharma dit alors : « Dans ce cas j’ai pacifié ton esprit pour toi ».  
Il s’agit d’une légende. Mais il ne faut jamais oublier qu’une légende est toujours fondée sur une base de faits en partie réels. En conclusion :
            Si tu cherches tu ne trouves pas
            Si tu ne cherches pas tu trouves qu’il n’y a rien à trouver.
Certaines choses doivent rester sans réponses ! L’esprit !


 


Huike, le 2ème Patriarche méditant en s’appuyant sur son bras restant



Le bras de Huike est à terre


lundi 30 décembre 2019

L'exemple de Saint Denis


-->
Nous n’avons pas encore pris pleinement conscience de l’importance de la catastrophe écologique !
Il n’existe rien sur cette terre qui ne soit pas vivant donc voués à mourir. Même les rocs les plus durs finiront par s’effriter, se désintégrer.

Tout est à inventer, tout reste à refaire. Si la planète est délabrée et qu’on a encore un peu envie de vivre, alors on doit tout changer, tout réinventer. Millionnaires et milliardaires n’auront plus leurs places ici-bas, puisque le profit ne sera plus à l’ordre du jour.
J’aimerais, si la vie m’en laisse le temps, participer à cette reconstruction. Aujourd’hui point n’est besoin d’avoir une tête bien remplie. Inspire-vous de Saint Denis ci-dessous. Sa tête ne lui sert plus à rien. Mme Google vous dira tout sur tout. Pour opérer ce changement en profondeur il faut ne plus avoir envie d’acheter, envie de se procurer un million et d’objets ajoutés à ceux déjà inutiles.
C’est un sacré truc que de s’attaquer à l’envie, ou le désir ! Pour l’instant l’homme n’a pas encore assez développé l’envie de s’améliorer. Et là, les guides spirituels, dont je suis, devront se surpasser pour créer l’envie d’explorer les Voies d’épanouissement pour sortir d’un processus d’affadissement mental.





--> Je veux bien me soumettre à mon infériorité. Mais dites vous que des gourous on en trouvera toujours pour prêcher la bonne parole. En revanche des Taïkan Jyoji vous n’en trouverez pas, il n’en existe qu’un pour vous amener au Vide. 
Le « vide de pensée » ne peut être entrevu par la pensée. 

Il s’agit donc d’une entrevision sur fond de brouillard. 
Regardez bien Saint Denis. Vous croyez qu’il pense, lui ? Il en a fini avec ça ! 
Et si on pense il faut que cela serve à quelque chose.

Taïkan Jyoji

mercredi 19 décembre 2018

Les multimilliardaires


Contrairement à ce qu’on pense, ceci n’est pas un Bouddha. Il s’agit du « Dieu de l’opulence » en Chine, Corée, Japon et sud-est asiatique.




Il en existe aussi de par le monde un certain nombre, bien vivant. Lisez ce qui suit :

Aujourd’hui, grâce à Internet on peut connaître le nombre et le nom des milliardaires, le « salaire » d’un sénateur, d’un parlementaire, etc. Alors j’ai fait des recherches pour savoir où trouver de l’argent pour ceux qui en manquent afin de vivre dignement. Voila des pistes éclairées, lumineuses pour, entre autres, les « gilets jaunes » : Il faut qu’ils changent leurs cibles. Viser là où se trouve l’argent. Je pense qu’ils ne s’adressent pas à la bonne personne lorsqu’ils et elles demandent à l’Etat de « faire quelque chose ». L’Etat n’a pas d’argent à lui. Il n’a que l’argent des contribuables. Aux riches il prend beaucoup, pas assez, aux pauvres il prend moins et pour cause, le peu est de trop, on est d’accord. Mais il faut bien construire des écoles pour que les ânes le soient moins et des routes pour polluer plus. Alors voilà où il faut taper. Pas les riches, non, on leur ponctionne ce qu’il faut, mais les super riches. Qu’est-ce qu’un super riche, pas un sénateur qui ne gagne que 7719 € par mois, ni un Monsieur Lagarde qui gagne 11.552 € par mois, (les parlementaires, sénateurs et députés ne sont pas trop à plaindre) non, beaucoup plus riche : Ceux qui accumulent millions et milliards.

Je vous mets au courant alternatif. Il y a en France aujourd’hui 39 multimilliardaires. (Dans le monde ils sont 1826. La fortune de Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, est estimée en mars 2018 à 137 milliards de dollars. Avec le change en Euro ça fait une différence infime). La fortune cumulée des milliardaires français s'élève à 245 milliards de dollars.
Un milliard est un chiffre énorme. Enorme au point qu’un simple milliardaire ne peut pas compter son argent. Pourquoi ? Si je compte jusqu’à un milliard à raison d’un chiffre par seconde, jour et nuit, il faut trente-deux ans !!!
Et les milliardaires n’ont qu’une idée en tête : Comment gagner encore plus et comment frauder encore plus avec le fisc et comment devenir encore plus esclavagistes avec les employés ! On est dans la névrose à l’état pure.
S’il y a 39 multimilliardaires en France et que s’ils « lâchent » un milliard chacun, cela fait, déjà, 39 milliards pour distribuer aux démunis.
Un milliard pour les multimilliardaires n’est-ce pas l’équivalent d’un flocon de neige sur les pentes du Mont Blanc en hiver ?
Il n’y a pas que les multimilliardaires qui existent. Il ne faut pas non plus oublier les multimillionnaires. Ils sont encore plus nombreux que les milliardaires. Ils peuvent compter plus facilement leur argent, eux. Quoi que…
On assiste à une lutte insensée pour l’argent. Huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.

Une situation totalement indécente !

© Taïkan Jyoji 2011