vendredi 29 juillet 2016

Vent de folie planétaire


Lors d’un précédent post voici ce que je disais, en raccourci : « Il se passe partout dans le monde, aujourd’hui plus que jamais, de véritables horreurs de toutes sortes provoquées par le racisme, l’intolérance, le terrorisme, la tyrannie, le nationalisme, le gangstérisme, la barbarie, etc. Un vent de folie souffle sur l’esprit humain d’une manière planétaire. »

Depuis de nombreuses années et plus encore aujourd’hui, c’est la course à la violence dans les films, à la télé, dans les jeux vidéo. Je ne regarde pas la télé et pour ne pas tomber dans son piège, je planque télécommande, décodeur, fil d’antenne. Mais lorsque se déroule un événement sportif international comme les Jeux Olympiques ou la coupe d’Europe de foot, alors je ressors tout l’attirail. Lorsqu’une épreuve prend fin et en attendant la suivante que fais-je ? Je zappe. Et là tout un autre monde apparait. Je ne parlerai pas de la pub sur la bouffe - c’est un sujet qui me dépasse et je ne suis pas « équipé » pour l’aborder - mais quand je vois une annonce qui dit qu’absorber un certain produit permet de perdre deux kilogrammes la nuit, ça laisse mon stylo et la main qui le tient pantois. Zappant toujours un peu plus, je regarde pendant un moment un film interdit aux moins de 10 ans, puis un autre aux moins de 12 ans. Ces films sont tellement pleins de violence qu’un enfant de plus de 10 ans, ou de 12, qui a donc le droit de les visionner, et qui les regarde, ne peut pas ne pas subir à l’intérieur de lui-même ces violences. A cet âge il n’est pas charpenté pour ne pas que ça laisse de traces dommageables en lui ! Les films interdits aux moins de 12 ans sont extrêmement violents et je ne comprends pas comment même un adulte ne « souffre » pas devant de tels films. Les cerveaux des enfants non encore structurés reçoivent en pleine figure des images qui ne peuvent pas ne pas laisser d’empreintes néfastes ! Idem pour les jeux vidéo dans lesquels le gamin lui-même apprend à tuer, virtuellement d’accord (le virtuel peut être assimilé à la réalité), mais à tuer quand même. Il perd contact avec la réalité et en même temps perd contact avec lui-même.
Tous ces films et vidéos contenant de la violence font les beaux jours et les beaux comptes en banque des réalisateurs et des producteurs. Ils ont leur part de responsabilité dans la violence qui se produit au quotidien !

Et là je voudrais pousser un « coup de gueule », qui s’éclaboussera contre les murs de mon bureau car cela demande des « pistons » que je n’ai pas, auprès des fabricants de films, des fabricants de programmes de Gameboy, des hommes politiques, d’arrêter la violence déployée sur les écrans.
Comme je n’ai pas de fortune personnelle ni non plus de position sociale élevée, je ne peux que m’en remettre à ma plume pour manifester la gravité de la conjoncture.

Taïkan Jyoji

20 commentaires:

  1. Oh que je ressents la même chose ...
    Le jour où j ai abandonné ma télé- il y a un certains nombres d années maintenant , j ai littéralement découvert un autre monde ...

    En tant que maman d un fiston de 13 ans, naviguer et essayer de le préserver de tout ca s'est apparenté et s'apparente toujours plus à Mission impossible ... Et c est vraiment dommage . :-(
    Ma liberté de pouvoir lui montrer autre chose n'existe même pas.... 😡
    A Paris, les kiosques à journaux regorgent d'images pornos ou violentes aux yeux de tous - petits et grands- personne n est épargné .
    Je partage votre coup de gueule en tout cas !
    Merci de ces mots .
    Sandra

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand est-ce que l'on enseignera " la Republique " de Platon au collège et au lycée
      Pour leur apprendre à être des citoyens ...

      Supprimer
    2. Et surtout les parents ne savent pas communiquer avec leurs enfants autrement qu'avec des cris et des taloche.
      Cela me rappelle le Dieu de la Bible.

      Supprimer
    3. Certains s'en prennent aux blancs parce qu'ils sont blancs d'autres aux noirs ou autres parce qu'ils sont noirs ou autres,
      C'est, à dit Platon, comme reprocher à une personne de petite taille d'être petite ce dit est stupide...

      Supprimer
    4. C'est comme reprocher, a dit Platon, à une personne de petite taille d'être petite,
      - ce qui serait stupide !

      Supprimer
    5. C'est pas étonnant que beaucoup attendent Maîtreya ou enfin le " bon " Dieu.

      Supprimer
    6. Ou peut-être ne font-ils qu'attendre mais ne prie ni ne le souhaite assez fort ?

      Supprimer
    7. St Paul enseignait qu'il ne faut pas donner trop d'argent aux pauvres et
      Platon s'indignait que " l'argent va à l'argent "
      Vous savez lequel n'était pas populaire ?
      - Évidemment !

      Supprimer
  2. 08/10/2016
    Bonjour et salutations d’usage,
    Encore une fin de contrat !
    Ras-le-bol !
    Le temps c’est dégradé en quelques jours.
    Certains prédisent le chaud comme d’autres le froid !
    Qui croire ?

    Il y a des Maliens, des Laotiens, des Lapons... voir l’émission en « Terre inconnue », mais il n’y a pas de Français... ?
    Laissons donc ces arguties, et tâchons que ce Grand Marché Unique qu’est devenue la terre ne se transforme en Grand Champ de Bataille.

    Je cherchais une traduction de la Bhagavad-Gîtâ qui soit correcte, mais entre les erreurs et les styles trop personnels, c’est difficile.
    Enfin, j’ai toujours cette version à laquelle personne ne fait référence, mais qui malgré quelques erreurs de jeunesse (l’idéologie... peut-être !) est écrite en français.
    Qu’est-ce que le Brahman, le Soi, l’Atman ?
    Quel est le champ et quel est le connaisseur du champ ?

    « Cette conduite convient tout à fait pour réaliser le Brahman ;
    Étranger au mérite et au démérite, à l’auspicieux et à l’inauspicieux,
    Il demeure dans la même posture, sans penser à qui que ce soit ;
    Le savoir a pour signe le renoncement. » - Shankara

    Lorsque le Bouddha Shakyamuni dit qu’il n’y a pas de Soi, d’Atman, il s’agit d’un Koan, non ?

    RépondreSupprimer
  3. Oups ! Au tant pour moi !
    Ce que j’ai écrit comportait une erreur.
    Sinon certains vont dire que ce type ne connaît rien au bouddhisme ;
    - Lorsque le Bouddha Shakyamuni répondait à ses interlocuteurs qu’il n’y a pas de Soi, d’Atman, il s’agissait d’un bien Koan, non ?
    Car je ne pense pas qu’il s’agissait pour lui de faire des commentaires, ou d’écrire un livre, mais bien d’éveiller ceux qui se présentaient à lui.

    RépondreSupprimer
  4. En parlant de planètes
    Hier la lune était grosse
    Mais en Normandie le ciel était couvert
    Quel intérêt de regarder un gros caillou traverser l'espace ?
    Sinon avec des yeux d'enfant émerveillé
    Mars un désert de fer
    Venus inhabitable
    Et c'est partout pareil !
    La terre ce joyau de l'univers...sans commentaire!

    RépondreSupprimer
  5. Une étoile filante :
    - Un bloc de glace poussiéreuse qui s'efiloche.
    La France républicaine, démocrate et laïque pour le meuilleur et pour le pire
    Seule la compagnie des sages est sensée nous rendre vertueux !

    RépondreSupprimer
  6. Une étoile filante :
    - Un bloc de glace poussiéreuse qui s'efiloche.
    La France républicaine, démocrate et laïque pour le meuilleur et pour le pire
    Seule la compagnie des sages est sensée nous rendre vertueux !

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi souvent les commentaires se dedoublent ?

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi souvent les commentaires se dedoublent ?

    RépondreSupprimer
  9. La laïcité ? :
    - « Rendez à César ce qui est à César ;
    Et à Dieu ce qui est à Dieu !!! »
    Évangiles

    - « Et nous laissons à Apollon Delphien le soin de faire les Lois les plus grandes et les plus importantes.
    Ce sont celles qui regardent la construction des temples, les sacrifices, le culte des dieux, des génies et des héros, les funérailles et les cérémonies qui servent à apaiser les mânes des morts.
    Nous ne savons pas ce qu’il faut régler là-dessus ;
    Et, puisque nous fondons une République, il ne serait pas sage de nous en rapporter à d’autres hommes, ni de consulter d’autre interprète que celui du pays.
    Or, le dieu de Delphes est, en matière de religion, l’interprète naturel du pays, ayant exprès choisi le milieu et comme le nombril de la terre pour rendre de là ses oracles. »
    La République selon Platon


    - « O Ambattha, dans cette possession incomparable du Savoir et de la Conduite, la race n’existe pas, le clan n’existe pas, l’orgueil n’existe pas, en disant : « Tu me mérites » ou « Tu ne me mérites pas ».
    Lorsqu’il s’agit, ô Ambattha, d’amener une personne pour se marier, ou de faire sortir une personne pour se marier ou bien l’un et l’autre cas à la fois, alors là, existe la race, ou le clan ou l’orgueil.
    Le khattiya est supérieur parmi les gens qui se remémorent leur lignage du passé.
    Mais quant à celui qui possède le savoir et la conduite,
    il est meilleur parmi tous les dieux et les humains. »
    Le cas du jeune Ambatta ; discours du Bouddha

    Autres paroles du Bouddha :
    - http://preliminairesbouddhique.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  10. - Et s’il avait suffi de remplacer « amant » par « ami » ou « frère » pour voir l’Académie sous son vrai jour ;
    Que des générations de philosophes, de lettrés et de traducteurs se soient sans doute laissé abuser par des pseudo-traducteurs malveillants, sans broncher et avaler tout cru ces perfidies, me désespère pour l’avenir de notre société.

    RépondreSupprimer
  11. C’est devenu comme un jeu de clouer à jamais la mémoire de ces jeunes hommes et de leurs professeurs au pilori de la honte.
    - Fallait-il qu’il en soit ainsi ?

    2 - Samannaphala-Sutta – les résultats de l’état de samana
    - « Ce corps qui est mien, ayant forme, fait des quatre éléments,
    issu de père et de mère, nourri de lait bouilli et de gruau,
    a pour nature de se transformer,
    de s’user, de s’écraser, de se briser, de se démolir
    et la conscience qui est mienne y est attachée, y est enchaînée !

    De même, ô grand roi, tant qu’il ne s’en est pas libéré en lui-même, le bhikkhu considère les cinq entraves comme une dette, comme une maladie, une prison, un esclavage, un chemin à travers un lieu désertique.
    Et ce bhikkhu, ô grand roi, quand il s’en est libéré en lui-même, considère les cinq entraves comme l’acquittement d’une dette, comme la santé retrouvée, la libération de la prison et de l’esclavage, comme un territoire paisible retrouvé... »

    ( Ces grandes feuilles rondes couvrent le néant obscur de l’étang
    Qu’un rayon de soleil les illumine
    Et que s’épanouissent les fleurs de lotus ! )

    RépondreSupprimer
  12. Mes commentaires qui n’en sont pas sur ce chemin vers la lumière,
    Et qui encombrent votre blog,
    Devraient être facilement effacés, détachés en allant sur :
    - Paramètres
    - Commentaires
    - Qui peut ajouter des commentaires ?
    - Les membres de ce blog uniquement.

    RépondreSupprimer

© Taïkan Jyoji 2011