lundi 19 décembre 2016



Exhortations « Rohatsu 2016 »

Comme les livres ne donnent pas la vérité sur la vie et la nature humaine, tous les soirs à 9h.40 très rigoureusement je monte en chaire, plus précisément je quitte mon coussin et descend de l’estrade pour mon « homélie nocturne ». Cinq minutes de belles paroles inapplicables et inappliquées. Après quoi je me rassieds. La messe est dite. Tout mon enseignement génial est prodigué en cinq minutes quotidiennes.

Samedi 19 novembre, 1er soir
« L’Esprit d’éveil » Bodaishin. Sans construire un Esprit d’éveil, il est très difficile de pratiquer rohatsu. Ceux qui, à cause de leurs occupations n’ont pas eu le temps de « construire » cet esprit d’Eveil, ça se construit maintenant ! Là ! Ici !
Je me souviens qu’à Shofuku-ji après les premières semaines où j’étais déboussolé, où je me demandais ce qui m’arrivait, j’étais presque en permanence dominé par cet « esprit d’Eveil ». 
Même après toutes ces années, j’approfondis encore mon zazen. Rinzaï répétait qu’il faut « s’épurer, se polir, jusqu’à ce qu’un beau jour on s’éveil ».

Dimanche 20 novembre, 2ème soir
On n’a pas d’autres choix, pendant rohatsu, du fait de sa grande rigueur, que celui de plonger à l’intérieur de soi-même afin de forger sa Véritable nature, donc de devenir soi-même et découvrir des capacités qu’on ignorait. Découvrir aussi pendant cette sesshin qu’on ne peut pas être le spectateur de soi, mais l’acteur, le créateur de soi-même, de sa Véritable nature. Alors, vous qui êtes candidats à l’Eveil, avec rohatsu vous êtes servi !

Lundi 21 novembre, 3ème soir
Comme je le répétais le premier soir, pendant rohatsu on ne devrait avoir qu’une espérance, qu’un désir : L’Eveil. Peut-être bien qu’on n’y arrivera pas mais on peut au moins viser l’échelon qui est juste au dessus de nous. Et atteindre un nouvel échelon c’est une grande victoire. C’est une sorte de nouveau sommet intermédiaire. C’est en affrontant, gravissant les hauteurs qu’on découvre et atteint le vide et qu’on élargit nos horizons étroits. N’est-ce pas ce dont on a tous envie ? Alors vous savez ce qui reste à faire…

Mardi 22 novembre, 4ème soir
De toutes ses forces on essaie de se concentrer sur ses respirations pendant zazen. Parfois on y arrive, parfois on n’y arrive pas. Les pensées sont plus fortes que la volonté. Et c’est peut-être même plus souvent qu’on n’y arrive pas. Mais il n’y a pas que le zazen assis. Se concentrer pendant kin-hin c’est encore Zazen. Et se concentrer pendant les repas, c’est encore Zazen. Pendant qu’on ne fait rien c’est encore Zazen. Et à la fin c’est l’accumulation de ces moments de Zazen qui permet cette ouverture sur le Soi. L’Eveil de la vigilance se fait aussi en arrivant dans le réfectoire. On se concentre sur l’action de déplier ses chaises, de les replier. Sur l’action de déballer ses bols, de les remballer. Sans faire de bruit, en se concentrant sur ce qu’on fait.

Mercredi 23 novembre, 5ème soir
J’observais il y a quelque temps un corbeau qui volait tout droit dans le ciel avant que le soir ne tombe, dans la pénombre. Je me suis posé la question : A-t-il un objectif en volant tout droit ou vole-t-il tout droit devant lui juste pour voler, pour rien ? Je n’ai pas la réponse. Mais tous les animaux ont une conscience qui diffère de l’un à l’autre. Et une intelligence qui varie de l’un à l’autre. C’est par rapport à notre intelligence qu’on juge l’intelligence d’un chien, d’un chat. Ou d’un être humain. Les animaux vivent leur vie telle qu’ils doivent la vivre avec la nature qui leur est propre. Pas les animaux domestiques évidemment. Vivre sa Vraie nature n’est-ce pas ce à quoi nous aspirons tous, nous, ici ? Vivre sa véritable nature signifie « voir dans sa Véritable nature » et ça contient réaliser sa Véritable nature. Et il n’y a que l’être humain qui n’est pas éveillé. Et il n’y a que l’être humain qui peut s’engager dans cette démarche.
Eh bien, on est en plein dedans ! Et de notre côté aussi on va tout droit !

Jeudi 24 novembre, 6ème soir
Demain il restera une dernière longue journée de pratique. Sitôt qu’on entend la cloche du réveil, essayez de sauter à pieds joints à l’intérieur de vous. La pratique du Zen, du zazen, n’est pas à la portée de tout le monde. Pratiquer rohatsu c’est comme s'attaquer aux Grandes Jorasses en plein hiver. Et il n’y a qu’une seule raison pour se lancer dans une telle entreprise : Défoncer nos entraves, défoncer nos barrières, défoncer nos limites !
J’ai presque toujours terminé rohatsu avec le sentiment d’avoir été au bout de moi-même. Vous aussi faite rohatsu en ayant le sentiment d’avoir été au bout de vous-même !

Vendredi 25 novembre, 7ème soir
Demain matin, on va retourner dans la réalité de la vie en quelque sorte.
On peut voir que rohatsu, la pratique du zazen en général, est à l’opposé de toute forme de quiétisme qui ressemblerait à une contemplation passive du Soi. Il existe en chacun d’entre nous un chemin qui mène à son Vrai soi. Lorsqu’on pratique Zazen on est actif en tournant ses regards vers l’intérieur de soi. L’ancrage de ce qu’on réalise pendant rohatsu se fait dans les jours qui suivent cette sesshin, à condition de continuer sa pratique quotidienne.
C’est une manie chez moi de répéter de faire zazen tous les jours.

Samedi 26 novembre, 8ème jour, 5 heures du matin
Il y a 2538 ans[1], à cette heure-là, le Bouddha était illuminé !

Taïkan Jyoji


[1] Les dates varient selon les traditions du bouddhisme en Asie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

© Taïkan Jyoji 2011