jeudi 13 novembre 2014

Méditer demande peu d’espace


Une couverture pliée, un m² de surface, et voilà, ça suffit pour faire zazen. Ne peut-on pas trouver ces deux éléments où que l’on se trouve ? Je ne me souviens pas au cours de mes multiples déplacements ne pas avoir pu faire zazen par manque de place. C’est la particularité du zazen. Beaucoup de gens disent ne pas avoir le temps de méditer vingt minutes ou une demi-heure.
Ne pouvons-nous pas trouver dans ce cas cinq minutes pour installer un coussin et s’asseoir dessus ? Faire un « zazen-de-cinq-minutes » quotidiennement ne me paraît pas un exercice inaccessible. Qu’on ne me dise pas ne pas avoir le temps de pratiquer zazen pendant cinq minutes. Ce zazen-de-cinq-minutes peut changer votre vie. Même une chaise peut servir de siège pour méditer. Ne me racontez pas qu’il n’y a pas dans une journée une occasion de s’asseoir avec l’intention de faire un « zazen-de-cinq-minutes » même sur une chaise.
Je vais vous donner encore une chance de faire un zazen, très efficace, de moins de cinq minutes, le « zazen-de-trois-respirations » : En inspirant par le nez profondément, jusqu’à sentir que vos poumons sont parfaitement remplis, restez trois secondes les poumons pleins, puis vous expirez par la bouche, puissamment, en vous basculant en avant jusqu’à ce que le front touche si possible le sol devant vous. Vous vous redressez en inspirant à fond par le nez, et vous recommencez encore deux fois. En ajoutant cette première respiration, ça fait bien trois respirations.
Et si même-là vous n’arrivez pas à pratiquer le zazen-de-trois-respirations, avec ma compassion illimitée et ma bonté de grand-mère je vous donne une dernière chance de faire le zazen quotidien le plus court du monde : Le « zazen-d’une-respiration ». C’est le zazen-de-trois-respirations que l’on ne fait qu’une fois. Pas plus compliqué. 
Evidemment tout le monde s’en fout !

Taïkan Jyoji

6 commentaires:

  1. Tout le monde ne s'en fout pas... enfin presque.

    Le manque de temps ou d'espace ne sont pas des excuses valables pour ne pas faire zazen. Alors, il serai bien dommage de s'en priver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Dimanche, en écoutant le son des trois premières expirations, il me semblait qu'ils racontaient déjà tout le contenu des 7 qui allaient venir ensuite.

    Le premier "son" apportait en moi l'apaisement, le soulagement, l'effet d'une détente réconfortant...
    Le deuxième chantait comme la promesse d'une futur, d'un avenir, d'un "tout est possible"
    Et le troisième souffle m'emportait directement dans le rien, le noir, le vide, l'absence... mais en bien, en calme, en serein,... en méditation en somme.

    Et toutes les respirations suivantes c'était pour tester ma concentration au-delà des trois premières incantations respirées... pour approfondir... pour essayer de rester dans cet état "trop génial" de "trroiiiiiiiiiis"... et c'était pas évident !

    Heureusement, revenait chaque fois ces 3 premières expirations... pour me rassurer, me propulser et me laisser en suspens au sein de moi... et tenter d'affronter encore, armée de concentration ces "si difficiles" 4e et 5e respirations...

    Donc, oui, le zazen de 5 minutes, le zazen de trois respiration, le zazen express... j'y crois.
    Ça manque de "sueur", on n'explore pas beaucoup ses limites, on n'élargit pas beaucoup sa "caverne" intérieure mais... c'est du bien-être immédiat et ça, ça ne se boude pas !

    RépondreSupprimer
  5. ... et pour le coup, il y a plein d'espace temps disponibles le zazen-express :
    - le matin, entre deux rappel du réveil.
    - en regardant le café couler ou l'eau bouillir.
    - avant de sortir de sa voiture ou d'ouvrir la porte de son travail.
    - en se mettant à table le midi.
    - en se lavant les mains après un passage aux toilettes.
    - en buvant un verre d'eau quand on rentre chez soi.
    - ...

    En fait, TJ, je vous ai menti, oui, je vais continuer à pratiquer zazen, pas forcement "za" 坐, mais en tout cas, "zen" conduit par la respiration ventrale*

    * j'aime à l'appeler la respiration du dormeur.

    RépondreSupprimer

© Taïkan Jyoji 2011