mercredi 20 juillet 2011

Le souffle

Le souffle est en même temps matière et esprit. Il est impalpable et n’a pas d’odeur, sauf dans certains cas... On ne peut le voir et pourtant il est là. Le vent, on peut le sentir sur soi. Mais le vent n’est pas le souffle. Le souffle en tant que chiasme matière-esprit a complètement échappé à l’Occident des temps les plus reculés. Ces chercheurs de la vérité qui ont commencé leurs travaux vers 600 avant J. C. tels que Héraclite ou Parménide et tous les philosophes qui ont suivi, souvent de vrais maîtres de sagesse, n’ont jamais abordé le Souffle comme élément avec lequel on peut faire joujou toute une vie. Au-delà de la pensée discursive et de la pensée tout court se trouve la non-pensée. La pensée sait que la non-pensée existe à force qu’on en parle dans le Bouddhisme. Mais pour arriver là où la pensée n’est pas il faut utiliser le souffle. Et là où la pensée n’est pas c’est là que se trouve un trésor.

Je vous propose une petite expérience, à faire en étant assis, debout, couché, peu importe, mais immobile. Après avoir expiré on inspire lentement en se concentrant sur l’air qui en pénétrant effleure la paroi nasale. On peut sentir nettement le contact de l’air à l’intérieur du nez. Lorsque l’air est plus frais on le sent jusqu’au fond de la gorge. Encore plus frais et on le sent qui pénètre dans la trachée. Faites cela deux trois fois de suite en sentant et prenant conscience de l’air qui rentre en soi et qui en sort. Là, vous venez de tourner les regards à l’intérieur de vous-même. Lorsque vous vous êtes concentré sur la sensation de l’air qui pénètre par le nez, vous ne pensiez à rien. Vous veniez de faire l’expérience de la non-pensée. Et du coup, vous veniez de faire une séance de zazen. C’est pas plus compliqué que ça !

6 commentaires:

  1. Et pour le trésor ?

    Tant que vous n’aurez pas trouvé une pièce d’or, ce sera compliqué. Quand vous l’aurez trouvée, personne, pas même vous, n’aura besoin de vous « prendre par le bout du nez » pour continuer dans la direction du magot. Et quand vous aurez trouvé le pactole, plus de direction !

    Et comme l’air n’est pas toujours froid, vous pouvez compter les expires jusqu’à dix en les suivant attentivement du début à la fin, sans penser aux pièces d’or…

    En gros, trente expires conscients par jour pendant trois mois, et un salarié moyen peut s’attendre à gagner une pièce d’or, même en période de crise cosmique…

    C’est pas plus compliqué que ça !

    Yokoshu

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Erratum :

    Il ne s’agit pas de trente expires mais de trente cycles de dix expires soit trois cent expires par jour…continus.

    Le cours de l’or a augmenté depuis mes débuts dans les affaires...

    Yokoshu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

© Taïkan Jyoji 2011